Parfois traité comme un simple élément fonctionnel, l’escalier joue de plus en plus souvent un rôle décoratif fort des habitations au point d’être parfois une pièce maîtresse des aménagements intérieurs. Conception sur-mesure, design, matériaux et implantation, choisir l’escalier idéal répondant à la fois à ses besoins et à la mise en valeur de sa décoration n’est pas chose aisée. Sa forme pourra être libre ou dictée par des impératifs d’intégration à l’existant.

Le vocabulaire spécifique de l’escalier

Un escalier comprend une ou plusieurs séries de marches, appelées volées, et séparées par des repos (demi-étage) ou des paliers (étage). Une volée peut être droite ou courbe. Chaque marche est généralement composée d’un giron (dessus) avec un nez formant saillie et d’une contremarche (face avant verticale). Le noyau est un élément vertical et central sur lequel repose un escalier tournant. Le limon d’un escalier est la partie latérale servant à supporter les marches et les rampes. Un mur d’échiffre est un mur sur lequel est adossé un escalier. La rampe d’un escalier se compose d’une main courante reposant sur un remplissage de rampe qui peut-être de différentes sortes : balustres, vitrages, etc. Enfin, la trémie désigne l’ouverture pratiquée dans un plancher pour le passage de l’escalier.

Les principales formes d’escalier

On peut distinguer, parmi les formes d’escalier les plus courantes :

  • l’escalier droit composé d’une ou plusieurs volées ;
  • l’escalier quart tournant avec deux volées droites formant un angle de 90° ;
  • l’escalier tournant effectuant un demitour : il peut être rampesur-rampe, c’està-dire composé de deux volées droites parallèles mais de sens contraires, d’une volée courbe ou de plusieurs volées droites ou courbes ;
  • l’escalier à vis, en colimaçon ou hélicoïdal présente généralement une seule volée courbe ;
  • l’escalier suspendu, sous l’une des formes précédentes, qui ne repose sur aucun mur d’échiffre. Ils peuvent en revanche parfois prendre appui sur un noyau central.

Les contraintes à prendre en compte

Le lieu d’implantation de votre escalier conditionnera parfois sa forme. Si celui-ci est inséré dans une cage d’escalier, son profil devra nécessairement s’intégrer aux dimensions de ladite cage. Les escaliers droits ou tournants étant alors les plus courants. On peut aussi envisager un escalier à volée courbe si la forme de cage s’y prête. Si votre escalier est adossé à un mur mais dans un espace ouvert, on privilégiera également un escalier droit. En revanche, pour une implantation en milieu de pièce, les formes seront beaucoup plus libres avec un escalier suspendu.

N’oubliez pas la sécurité !

Il est important de sécuriser votre escalier. L’installation d’une rambarde devient indispensable si vous avez des jeunes enfants ou bien si des jeunes enfants fréquentent régulièrement votre habitation. Des normes existent afin d’encadrer de façon plus précise la sécurisation des escaliers (norme NF P 01-012). Dans le cadre des logements mis en location, des établissements recevant du public (ERP), des parties communes des copropriétés et des locaux professionnels, la sécurisation des escaliers est même obligatoire avec une hauteur minimale de 90 cm pour les garde-corps. L’écart entre les supports verticaux de la rampe est également réglementé (19 cm maximum pour les barres horizontales, 11 cm entre les balustres).

Besoin de conseils pour votre projet de création d’escalier ? L’agence Caen & Ouistreham de La Maison Des Travaux est à votre disposition dans de nombreuses communes du Calvados (Caen, Ifs, Fleury-sur-Orne, Douvres-la-Délivrande, Cabourg, Merville, Argence, etc.). Nos services sont totalement gratuits pour nos clients. Nous sommes en effet intégralement rétribués par nos partenaires pour les affaires que nous leur apportons